JOUR 24 : Double citoyenneté et honnêteté - CPAC Vote 2019

Photo - Jonathan Hayward/La Presse Canadienne

JOUR 24 : Double citoyenneté et honnêteté

Un texte de Camille Martel

Andrew Scheer s’est retrouvé dans la controverse vendredi. Un article du Globe and Mail a révélé que le chef conservateur possédait la double citoyenneté : américaine et canadienne.

M. Scheer a donc évidemment été questionné là-dessus, alors qu’il était de passage à Toronto pour faire une annonce visant à réduire la violence dans les rues de la ville Reine.

On a demandé à Andrew Scheer s’il avait déjà payé des impôts aux États-Unis, question à laquelle il a répondu par la négative. Aussi, il a été questionné à savoir si ça le faisait paraître « malhonnête » envers les électeurs de pas avoir révélé plus tôt sa double citoyenneté.

« Tout le monde le sait que mon père est née aux États-Unis. Au contraire, c’est Justin Trudeau qui a fait des promesses en 2015, qu’il a brisé. Il a regardé les Canadiens dans les yeux pendant l’affaire de SNC-Lavalin et il a menti », a répondu le chef conservateur.

Pour ajouter à la tourmente, Andrew Scheer a été questionné par rapport à son candidat dans Edmonton—Mill Woods, Tim Uppal, qui est soupçonné d’avoir manipulé le vote dans la campagne de Jason Kenney lors de la course à la chefferie du Parti conservateur uni.

« M. Uppal a adressé cette situation et j’ai hâte de travailler avec M. Uppal », s’est contenté de répondre M. Scheer.

Et puis, il y a eu un autre imprévu de campagne pour les Conservateurs vendredi, en début d’après-midi. Deux candidats du Parti libéral de la région d’Ottawa-Gatineau, Mona Fortier et Steven Mackinnon, ont ambusqué le bureau de comté du député conservateur Brian St-Louis,  parce que le premier ministre de l’Alberta Jason Kenney y était attendu.

Ryan Remiorz/La Presse Canadienne

 

Justin Trudeau a débuté la journée à Québec vendredi. Il s’est arrêté dans un restaurant de la Capitale-Nationale pour échanger avec les électeurs.

Le chef libéral a ensuite pris la route pour Saint-Anaclet dans la région de Rimouski où il a participé à une activité de plantation d’arbres.

M. Trudeau a été questionné sur la double citoyenneté d’Andrew Scheer et s’il estimait que lui aussi avait caché des choses aux électeurs : « Moi, j’ai pris la responsabilité pour mes erreurs du passé et j’en ai parlé ouvertement et longuement avec les Canadiens. Moi, je trouve que M. Scheer devrait prendre responsabilité pour ses erreurs, ses actions du passé, quelque chose qu’il refuse de faire sur bien des enjeux », a-t-il dit.

La déclaration du chef conservateur admettant qu’il est pro-vie a aussi rebondi lors de la période de questions : « Il a tout à fait droit à ses convictions intimes et profondes et il aurait dû les partager il y a bien des mois ».

Enfin, on a demandé à Justin Trudeau ce qu’il pense des électeurs qui disent voter pour lui par défaut. « On a mis en place un programme extrêmement ambitieux dans les dernières années et on n’a pas été parfait, mais on a travaillé très, très fort pour livrer nos engagements envers les Canadiens ».

Paul Chiasson/La Presse Canadienne

 

Jagmeet Singh était dans les Prairies en ce 24e jour de la campagne. Il a fait une annonce devant la Fédération des Francophones de Saskatoon en matinée.

Le chef néo-démocrate a continué de faire campagne sur les thématiques phares de sa plateforme : l’assurance médicament et dentaire universelle ainsi que l’accès aux logements à loyer modique.

Il s’est ensuite envolé vers Thunder Bay en fin d’après-midi.

Monsieur Singh a été questionné à savoir si, lui aussi, possédait une double citoyenneté,  ce qu’il a répondu par la négative.

Jagmeet Singh a par la suite défendu la place unique du Québec dans sa plateforme et ce qu’il compte faire pour les francophones en milieu minoritaire : « Je pense que le reste du pays comprend que, oui, le Québec est unique et à des défis uniques […] On va renouveler la Loi sur les langues officielles, on veut améliorer l’accès aux services en français et pour moi le rêve c’est d’avoir un pays où vraiment tout le monde peut parler français ».

Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet faisait pour sa part campagne en Abitibi. Il a débuté la journée à Mont-Laurier, puis Val-d’Or, Amos et Rouyn-Noranda.

De son côté, la chef du Parti vert Elizabeth May faisait campagne dans sa circonscription, à Victoria en Colombie-Britannique, où elle a défendu sa plateforme en matière de changements climatiques et participé à un débat en soirée avec les autres candidats de sa circonscription.

Contenu similaire

Contexte et analyse
Photo - Adrian Wyld/La Presse Canadienne

Un nouveau gouvernement dès le 20 novembre

Contexte et analyse
Photo - Paul Chiasson/La Presse Canadienne

Un deuxième mandat pour Justin Trudeau

La campagne à l'état brut
Photo - Getty Images

Carte des résultats

Contexte et analyse
Contexte et analyse
Photo - La Presse Canadienne/Jacques Boissinot

La campagne de Maxime Bernier

Contexte et analyse
Contexte et analyse
Photo - Adrian Wyld/La Presse Canadienne

JOUR 37 : Majoritaire ou minoritaire?

Contexte et analyse
Contexte et analyse
Photo - Sean Kilpatrick/La Presse Canadienne

JOUR 36 : Les chefs en mode marathon

Contexte et analyse
Photo - Jonathan Hayward/La Presse Canadienne

JOUR 35 : L’environnement et le Québec

gif

CPAC utilise des témoins pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible sur notre site Web et pour vous présenter de la publicité ciblée grâce à nos partenaires publicitaires. En continuant à utiliser notre site Web, vous acceptez d’utiliser nos témoins. Veuillez consulter notre Politique de confidentialité pour vous renseigner davantage à ce sujet ou cliquer «Je ne suis pas d’accord» pour retirer votre consentement aux témoins publicitaires.