JOUR 29 : Immigration, loi 21 et souveraineté - CPAC Vote 2019

Photo - CPAC

JOUR 29 : Immigration, loi 21 et souveraineté

Un texte de Camille Martel

C’était au tour de l’immigration et de la question de la souveraineté du Québec de s’immiscer dans la campagne électorale mercredi. Avec l’opposition de plusieurs chefs de partis fédéraux à la loi 21, est-ce que la fibre souverainiste pourrait être ravivée dans la belle province?

Justin Trudeau s’est fait poser la question en matinée, alors qu’il était de passage à Markham dans la région de Toronto pour défendre son plan pour la classe moyenne. « Le Bloc ne peut pas mener un plan pancanadien contre les changements climatiques », a répondu le chef libéral, sans pour autant mentionner la question de la souveraineté.

Frank Gunn/La Presse Canadienne

 

On a aussi demandé à M. Trudeau où il pensait concentrer ses efforts, étant donné qu’il ne reste plus que 11 jours avant les élections et que plusieurs sondages pointent vers un gouvernement minoritaire : « Il reste une semaine et demi dans cette campagne et je vais continuer à rencontrer des gens à travers le pays pour parler du choix important qu’ils ont à faire ».

Dans le même ordre d’idée, Justin Trudeau a été questionné à savoir quel était son message pour les électeurs indécis. « On propose un gouvernement fort qui va pouvoir tenir tête contre Jason Kenney, Doug Ford et les grandes pétrolières. Nous allons continuer de lutter pour l’environnement, nous allons continuer de baisser les impôts et de continuer avec plus de services pour nos jeunes, nos aînés, les familles et tous ceux qui en ont de besoin », a dit M. Trudeau.

Jonathan Hayward/La Presse Canadienne

 

Andrew Scheer était au Québec mercredi. Il se trouvait à la frontière canado-américaine à Hemmingford en Montérégie.

Sans surprise, il a fait une annonce sur l’immigration. Le chef conservateur a promis que s’il est porté est pouvoir il allait revoir l’entente sur les tiers pays sûrs afin de mieux contrôler l’arrivée des demandeurs d’asile au sud de la frontière.

Il s’est aussi engagé à travailler de concert avec les provinces sur cet enjeu épineux.

Comme Justin Trudeau, Andrew Scheer s’est fait demandé s’il craignait de perdre des sièges au profit du Bloc québécois et s’il serait prêt à collaborer avec le Bloc s’il se retrouve dans l’opposition avec eux. « Je suis confiant que les Québécois vont avoir confiance en notre parti le 21 octobre, parce que c’est clair que notre priorité c’est de rendre la vie plus abordable et laisser plus d’argent dans les poches des Québécois et Québécoises. La priorité de M. Blanchet c’est de travailler avec le Parti québécois pour la souveraineté », a dit M. Scheer.

On a aussi demandé au chef conservateur pourquoi son cadre financier n’avait toujours pas été dévoilé. « On va montrer aux Canadiens notre schéma pour un budget équilibré », a répondu Andrew Scheer, sans pour autant donner une date précise.

Paul Chiasson/La Presse Canadienne

 

Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh était pour sa part à Montréal en ce 29e jour de campagne.

Il a livré un discours dans le cadre Congrès du Syndicat canadien de la fonction publique.

M. Singh en a profité pour mettre de l’avant des thèmes phares de sa campagne, comme l’appui à la classe moyenne.

On a aussi demandé au chef du NPD ce qu’il pensait de la montée du Bloc québécois au Québec et quel était son message aux électeurs indécis. « Donc, le contraste est clair pour quelqu’un qui veut avoir un partenaire pour travailler avec les progressistes du Canada et tenir les mains des progressistes du Québec et ensemble travailler pour avoir un avenir plus brillant, c’est nous les néo-démocrates », a répondu M. Singh.

Le chef du NPD s’est aussi fait questionner à savoir s’il croyait être en mesure de faire changer d’avis les Québécois sur la loi 21 : « Pour moi, c’est clair, les lois qui discriminent n’ont aucune place dans notre société […] ça fait mal à la société et j’ai pas peur de dire ça ».

Aussi, on lui a demandé s’il n’avait pas peur que son opposition à la loi 21, comme celle d’autres chefs, ne provoque un regain de la souveraineté au Québec. « C’est le droit des gens s’ils veulent faire ce choix, mais moi je veux garder le Canada ensemble. Je pense qu’on peut faire plus ensemble », a dit M. Singh.

CPAC

 

Le Bloc québécois faisait campagne à Gatineau mercredi. Yves-François Blanchet a tenu une allocution tout près du Musée canadien de l’histoire où se tiendra le débat en français jeudi.

M. Blanchet a demandé aux autres partis de ne pas se mêler des affaires du Québec et a dit que les députés bloquistes « avait une utilité », pour faire un clin d’oeil aux propos tenu par Andrew Scheer au débat de TVA.

Le chef bloquiste a aussi réitéré qu’il voulait que le Québec soit soustrait de la Loi canadienne sur le multiculturalisme.

Yves-François Blanchet a été questionné à savoir si son parti portait toujours la voix de la souveraineté à Ottawa et ce qu’il pensait de la position de son parti dans les intentions de votes. « À chaque fois que le Bloc va porter une volonté unanime de l’Assemblée nationale, le parlement fédéral devra prendre acte que, clairement, c’est ce que le Québec veut. Si je peux reprendre notre ancien slogan, ce que le Québec veut, le Bloc le veut », a répondu M. Blanchet.

Contenu similaire

gif

CPAC utilise des témoins pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible sur notre site Web et pour vous présenter de la publicité ciblée grâce à nos partenaires publicitaires. En continuant à utiliser notre site Web, vous acceptez d’utiliser nos témoins. Veuillez consulter notre Politique de confidentialité pour vous renseigner davantage à ce sujet ou cliquer «Je ne suis pas d’accord» pour retirer votre consentement aux témoins publicitaires.